LE PRÉSENT SITE A ÉTÉ CONÇU PAR LE COPA POUR AIDER LES GENS À LUTTER CONTRE LA CYBERINTIMIDATION

Cette activité a été créée par la COPA avec le financement de la Fondation Telus et la conception technique par SocialTech.

Fondé en 1995, le COPA est un organisme francophone à but non lucratif. Il est reconnu comme étant un centre d’excellence dans les domaines de la prévention de la violence et de l’intimidation et de la promotion de l’équité et de l’inclusion.

Le COPA offre aux écoles et aux collectivités des ressources éducatives multimédias uniques, des séances de formation, de perfectionnement professionnel et de consultation ainsi que des occasions de renforcement des capacités.

Le COPA collabore avec des groupes, des organismes et des établissements locaux et provinciaux des quatre coins de l’Ontario dont, entre autres, des groupes de parents, des écoles et des conseils scolaires, des fédérations d’enseignantes et d’enseignants, des groupes de femmes, des centres culturels, communautaires, et de santé ainsi que des organismes d’établissement.

Fondée sur les principes de la justice sociale en vue de susciter un changement social positif, l’approche unique du COPA favorise l’autonomisation des individus et des collectivités.

Le COPA se soucie profondément des droits de la personne, plus particulièrement des droits des enfants et des groupes marginalisés.

Pour en savoir plus sur le COPA, visitez notre site Web à infocopa.com ou écrivez-nous à info@infocopa.co.

Quelqu’un.e affiche une photo de toi sans ton consentement.


Scénario /

Tu es en train de t’amuser avec tes ami.e.s et tout d’un coup, un.e de tes ami.e.s prend une photo de toi en train de faire un drôle de visage.

Cela vous faire bien rire. Plus tard, cet ami affiche ta photo sur Instagram sans te le demander.

Est-ce qu’il avait ton consentement?

Non.

Rappelle-toi que si la personne ne t’a pas demandé la permission, elle n’avait pas ton consentement.

… « Bien, elle ne m’a pas dit de ne pas le faire. »

… En fait, obtenir le consentement ça veut dire demander la permission avant – et s’assurer que la personne dit OUI clairement, et donne son consentement authentique.

Non.

Comment cette situation te fait-elle sentir? Est-ce que selon toi on a respecté tes droits… à la sécurité, la force et la liberté?

Te rappeler de tes trois droits et déterminer si on les respecte peut t’aider dans une situation où tu n’es pas certain.e de ce que tu ressens et de savoir quoi faire.

Cela peut te servir de radar pour comprendre si une agression a eu lieu – ou même pour déterminer si quelque chose te rend mal à l’aise. C’est un bon outil!

Si tu as l’impression qu’on a enlevé volontairement tes droits pour te faire mal, alors il s’agit d’une agression.

Ce que tu peux faire

Maintenant, nous allons penser à différentes choses que tu peux faire pour protéger tes droits et respecter ceux des autres.

Vos options /
A

Laisser tomber


Peut-être qu’il ne s’agit d’une seule fois, que ce n’était pas volontaire. Selon toi, ça ne se reproduira plus.

Tu pourrais tout simplement fermer les yeux. Ce n’est pas inhabituel d’agir ainsi.

La plupart des personnes trouvent difficile de se trouver en conflit avec d’autres personnes ou de se disputer avec elles.

Cette façon de faire peut fonctionner… ou pas. Probablement pas!

Parfois, ne rien dire et décider de fermer les yeux envoie le message que ça ne te fait rien.

La personne pensera alors avoir le droit de recommencer. Elle peut même s’en servir comme excuse et te dire : « Tu n’as rien dit! »

Tu risques donc de te retrouver dans la même situation encore et encore. Et alors, tu passeras beaucoup de temps à t’inquiéter de la prochaine fois que tu vas te faire agresser.

Ça veut dire aussi que tu gardes tes sentiments pour toi et d’habitude ce n’est pas bon. Tu te sentiras de plus en plus mal et la situation n’est pas reglée.

Tu peux te poser les questions suivantes : Est-ce que je protège mes droits? Est-ce que je me sens en sécurité, forte ou fort et libre?

Tu es la seule personne qui pourrait connaître les réponses à ces questions.

Peut-être que tu préfères ne pas réagir tout de suite.

Tu veux y penser, en parler à quelqu’un.e en qui tu as confiance.

En fait, réagir tout de suite n’est pas toujours la meilleure solution.

En prenant un peu de temps de penser à un plan et d’obtenir du soutien, tu as de meilleures chances de créer un bon plan – et de garder tes droits et de respecter ceux des autres.

B

Dénoncer l’affichage de la photo


Tu peux...

  • Appuyer sur le bouton ‘report’ (signaler) sur Instagram. (Tu peux faire la même chose sur Twitter, Facebook ou toute autre application que tu utilises)
  • Détachez-vous (un-tag) de la photo
C

Faire preuve d’agressivité et de vengeance


Naturellement, la plupart des personnes pensent à se fâcher et surtout à se venger.

On se sentirait tellement mieux de voir l’autre souffrir un peu aussi, lui donner une petite idée de ce qu’on vit.

On se défoulerait, l’autre souffrirait un peu… c’est très tentant.

Le problème est qu’on fait la même chose que l’autre nous fait – on enlève ses droits. Cela risque de ne pas très bien tourner pour nous ou pour les autres.

Au COPA, nous pensons que nous pouvons régler ces situations d’une meilleure façon si nous trouvons le moyen de ne pas avoir recours à l’agression.

En premier lieu, tu pourrais éprouver une grande satisfaction juste à y penser ou à poser un geste agressif, mais en général, ce sentiment de satisfaction ne dure pas très longtemps.

En second lieu, tu peux te trouver dans un cycle de vengeance toxique et le problème s’aggrave.

Ça ne fonctionne tout simplement pas.

Il serait fantastique de trouver un autre moyen de gérer les sentiments que tu ressens.

En voici quelques-unes. Tu en as peut-être déjà entendu parler. Elles peuvent te sembler un peu bizarres, mais elles peuvent fonctionner.

  • Respire! Prends des respirations profondes pendant quelques minutes.
  • Bois un verre d’eau (lentement!).
  • Frappe dans un oreiller (à fond!).
  • Va faire une promenade – ou tout autre exercice que tu aimes.
  • Parle à quelqu’un.e en qui tu as confiance pour t’aider à décider comment agir.
  • Fais une capture d’écran si la personne n’est pas là.
D

Envoyer un message privé à tes ami.e.s


Si tu as de la difficulté à décider quoi dire, voici quelques idées :

Allô (insère le nom de ton ami.e).

Quand tu (décris la situation), je me suis senti.e (décris tes sentiments).

Je tenais à te dire que je n’aime pas cela.

Si tu pouvais (tu peux demander à la personne de retirer la photo ou de réparer les torts qu’elle t’a faits), je serais vraiment content.e.

La prochaine fois, demande-le moi en premier s’il te plaît. C’est important d’avoir la permission de la personne avant de faire quoi que ce soit.

E

Parler à quelqu’un.e en qui tu as confiance


C’est certain, ta première idée est probablement de garder le secret.

Peut-être c’est parce que tu as honte, tu penses que c’est de ta faute. (CE NE L’EST PAS!)

Parler à un.e ami.e ou à un.e adulte en qui tu as confiance est toujours une bonne idée et peut vraimant t’aider.

En gardant tout à l’intérieur, tu rends la situation plus difficile et tu risques de te sentir plus isolé.e.

Tes pensées et tes sentiments risquent de retourner constamment dans ta tête et tu n’arriveras pas à trouver une solution.

Tu peux avoir de la difficulté à décider à qui parler – un.e ami.e, un camarade de classe, un.e enseignant.e, un membre de ta famille…

Au COPA, nous commençons ce processus en posant les questions suivantes :

  • Qui sont les ami.e.s ou les membres de ta famille de ton âge en qui tu as confiance?
  • Qui sont les adultes à la maison ou dans la famille en qui tu as confiance?
  • Qui sont les adultes à l’école en qui tu as confiance?
  • Avec quelles personnes te sens-tu en sécurité, forte ou fort et libre?

Envoyez vous-même vos réponses par courrier électronique



\